Pourquoi tu dois réfléchir avant de t'installer à Montréal

pourquoi-réfléchir-avant-vivre-montreal

Quand tu penses à Montréal, tu penses certainement à cette vie presque parfaite qui t'attend. Tu es impatient d'y être enfin, tu aspires tellement à ce nouvel horizon ! Tu as en tête probablement tout un tas d'idées hyper positives de ce que va être ta nouvelle vie. Pourtant, je me dois de te t'alerter. Je veux te tendre la main avant qu'il ne soit trop tard. STOP. Tu dois vraiment réfléchir à deux fois avant de t'installer à Montréal. Pourquoi ? 

 

Parce qu'il y a quelque temps, j'ai vu passer dans mon groupe Facebook cette vidéo d’un Français renonçant à sa carte de résidence permanente canadienne. On y voit un homme, armé de ciseau, faire le choix de couper en deux sa carte de résident, sa carte RAMQ, et toutes ces autres pièces d'identité nécessaires à la vie quotidienne au Québec. Dans cette vidéo, cet homme exprime sa déception de cette vie idéalisée, bien loin de la réalité.

Histoire isolée ? Erreur de parcours ? Je n'en suis pas si sûre...

Si je n'intègre pas directement cette vidéo à l'article en illustration, c'est parce vraiment le contenu en lui-même n'a absolument aucun intérêt. Par contre, la leçon à en tirer, elle, a une grande valeur.

 

Ce désenchantement dont témoigne l'existence de cette vidéo, est malheureusement ce qui attend ceux qui se sont contentés de ce qu’on a bien voulu leur vendre. Ces personnes qui n'ont pas pris le temps de s’informer, ni de se renseigner. Ce sont vraisemblablement des personnes qui se sont contentées de beaux reportages télévisés et des «on dit que» «je connais quelqu’un qui». Ils sont si nombreux ! Hélas pour elles, hélas pour lui, la découverte de la réalité canadienne est une vraie surprise et pas nécessairement dans le bon sens. Dans ces cas-là, la chute est rude.

D'ailleurs, le Journal La Presse en parlait il y a peu :

« Il y a un drame qui se répète chaque jour : de nouveaux arrivants ne décrochent pas d'emploi à la hauteur de leurs qualifications, ou n'en trouvent pas du tout » - Paul Journet.

 

Outre, le fait que je ne saisis pas un instant l’objectif de se filmer avec un tel mise en scène (décider de renoncer à titre de séjour et tout le tralala, OK, mais pourquoi ? Pourrais-tu argumenter s’il te plait sur les raisons qui t’ont poussé à de tels actes ?), je suis amenée à penser que s’il avait bien été préparé, cela ne serait jamais arrivé.

Tu ne veux pas être cet homme. Tu ne veux pas faire partie de ces déçus de l’Amérique.

 

C'est sûr, sur le papier, décider de partir vivre outre-Atlantique ce n'est pas si compliqué. Une fois surmontées les questions de paperasse, il ne suffit plus que de faire sa valise pour commencer une nouvelle vie. Pourtant, dans la réalité, les choses sont bien plus complexes. C'est certain qu'on n’est vraiment pas aidé par cette image d'Épinal que nous fait voir les médias concernant c'est success stories de Français devenus riches, profitant d'une vie sereine et paisible au Canada, mais tout de même... On est pas aidé non plus par toutes ces publications vantant le Canada comme terre d'accueil, où les portes sont ouvertes à qui veut s'y installer. Ne sois pas si naïf. Les choses ne sont JAMAIS si simples. Tu as cessé de croire au Père Noël depuis bien longtemps, non ? Alors, pourquoi croire à ce paradis sur terre, celui où la vie va te réussir (forcément), sans aucun effort ?

mythe canadien 3
mythe canadien 2
mythe canadien 4
mythe canadien 1

Tu as probablement vu ces témoignages de Français qui décrivent la vie agréable et idéale avec leur petite famille installés au Canada. Ceux-là mêmes qui, je cite « pour rien au monde  ne rentreraient en France». Ce que tu n'as probablement pas vu, par contre, c'est le temps qu’ils ont consacré en amont à la préparation de leur PROJET et toutes les étapes par lesquelles il a fallut passer pour y arriver. Car oui, à ce stade, on peut bien parler de projet de vie. 

Je ne peux qu'imaginer que lorsque tu décides de partir en vacances à l'autre bout de la Planète, tu te renseignes un minimum sur les choses à faire, l'argent dont tu vas avoir besoin, ce que tu dois emporter avec toi, etc. Par conséquent, comment peux-tu imaginer un seul instant qu'il puisse en être autrement lorsqu'il est question de temps t’installer pour une longue durée dans un autre pays ?

Tu ne veux pas être cet homme de la vidéo.


Tu ne veux pas voir tes rêves et espoirs anéantis parce que tu as cru à ce que l'on voulait bien te faire croire.

 

Tu ne veux pas découvrir  une réalité à laquelle tu ne t'étais pas préparé

Tu es sur le point de bouleverser ta vie. De vivre ce qui sera probablement l'une des épreuves les plus marquantes de ton histoire. Tu ne peux pas te permettre de prendre des risques sans qu'ils ne soient un minimum calculés. Tu laisses probablement derrière toi,ton emploi, ton logement, tu y engages tes économies et peut-être même que tu entraînes avec toi ta femme/ton conjoint et tes enfants. Tu te dois de préparer le terrain.

 

@@Une expatriation ne réussit pas par magie, elle se prépare.@@

 

As-tu une idée du temps que peut prendre un processus d'expatriation ? Je te le donne en mille, jusqu'à deux ans. Bien sûr, selon ton processus d'immigration cela peut être plus ou moins long. Cela peut être très rapide (PVT) comme extrêmement long (Résidence Permanente). Il est certain que chacun a son propre niveau d'exigence, ses attentes et aussi son propre seuil de tolérance et d'acceptation. Pour autant, je suis persuadée que pour qui que ce soit, personne n'a envie de se planter. Tu ne veux pas avoir de regret d’avoir franchi le pas. Tu ne veux pas avoir le sentiment d’avoir fait la plus grosse boulette de ta vie. Et tu ne veux définitivement pas, avoir à rentrer en France prématurément et devoir annoncer à tous que tu avais pris la mauvaise décision.

 

Je ne veux pas ça pour toi. Personne ne mérite de voir ses rêves et ses espoirs anéantis. Tu ne mérites pas ça.

 

Aujourd'hui, j'ai pour toi 5 questions très simples.

Vois-les comme ton garde-fou :

 

  • Pourquoi veux-tu vivre à Montréal ?

Je ne vais pas te mentir, à cette question il  y a de bonnes et de mauvaises réponses. Il y a de bonnes raisons pour s’expatrier et il y a de mauvaises réponses. Si la tienne commence par «j’en ai assez de ...» c’est très probablement une mauvaise raison. Pire «je veux quitter la France parce que...» est une mauvaise réponse. La France a la chance de ne pas être un pays en guerre, donc il n’y a pas de raison de la quitter, quelle que soit la situation. Si tu penses qu’au Canada l’herbe est plus verte, tu pourrais bien être déçu. 

 

  • Quelles sont tes attentes de ce projet de vie et en quoi Montréal peut-il y répondre ?

Je ne le répéterai jamais assez : tu dois te construire un projet solide. Si tu sais exactement ce que tu vas chercher et comment t'y prendre pour l'obtenir, c'est la réussite de ton projet garantie !

 

  • As-tu pris contact avec des associations professionnelles/ l’ordre/la corporation représentant ta profession pour t’assurer des conditions d’exercices requises ?

Il est vraiment important de commencer par là pour prendre connaissance de la viabilité de ton projet. Tu ne veux pas arriver au Canada et te rendre compte que tu ne peux pas exercer ta profession pour X ou Y raisons.

 

  • Es-tu renseigné suffisamment sur le mode de vie ici ? (au-delà des reportages et des «on-dit»)

 

  • As-tu évalué le montant de tes dépenses quotidiennes à Montréal et as-tu le budget nécessaire pour subvenir à tes besoins le temps de trouver un emploi ?

On entend souvent dire qu'ici la vie coûte moins cher et bien tu sais quoi, moi je ne suis pas vraiment d'accord avec ça. C'est certain que si tu compares avec la vie parisienne, tu vas trouver les loyers hyper abordables et cela va faire une bonne différence dans ton budget. Mais si tu habites "en Province", tu ne tiendras plus ce discours. D'autant que la plupart d'entre nous sommes payés en dollars canadiens, pas vrai ? Alors à moins d'avoir décrocher un travail hyper bien payé, tout est proportionnel. Logique non ?

Bien mangé coûte cher.

Les transports aussi. (Pour une voiture, compter le paiement annuel des plaques d'immatriculation, de ton permis de conduire et de ton assurance).

Ton abonnement internet / tv / mobile, je n'en parle même pas tellement c'est hallucinant vis-à-vis de ce qu'on est habitué à payer en France (en moyenne 100$ pour le triplay + coût de ton abonnement mobile)


Tu as en as conscience je l’espère, mes questions appellent des réponses allant au-delà d’un simple «oui» ou «non».


Je sais que mon article va totalement à l'encontre de ce qu'on lit habituellement et peut-être même à l'encontre des encouragements réguliers que je donne. Je crois qu'il est important de se rappeler à la réalité et de savoir exactement dans quoi tu t'embarques. Même si je suis vraiment heureuse de ma vie à Montréal, je ne veux pas participer à ce que j’appellerai le "fantasme canadien". Je crois que ceux qui réussissent leur expatriation, sont ceux qui s'y était préparés dans leur tête et dans les faits. Si tu es capable de répondre «oui» aux questions que je t'ai posé, je veux définitivement te pousser vers le haut et t'encourager à poursuivre dans cette direction. Si ce n'est pas le cas, mais que tu crois vraiment à ton projet, alors je veux t'encourager à la retravailler jusqu'à être enfin prêt à vivre cette vie que tu auras mérité.

 

Pardonne-moi si tu me trouves un peu trop brusque, mais je me rends compte en vous lisant par moment, que certains vont droits dans le mur. Je pense qu'un petit rappel est parfois le coup de pied aux fesses dont on a besoin. Si tu penses comme moi, partage le mot ;)