Pourquoi organiser son expatriation en avance ?

Tu te demandes si tu t'es prends tôt pour préparer ton expatriation ? Laisse-moi te montrer pourquoi il n'est JAMAIS trop tôt ! #montreal #expatriation #viedexpat

 

Est-ce que je m’y prends trop tôt ?

La préparation de son expatriation peut avoir un petit côté obsessionnel. Ce qui sont passés par là, savent de quoi je parle. On y pense tout le temps, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois et même nuit et jour ! Obsessionnel je te dis. Pendant un an et demi, mon conjoint et moi-même n'avons vécu et respiré presque plus que pour notre "Projet Canada".

Quand ce week-end, j'ai vu dans mon groupe Facebook l'un de vous se demander s'il s'y prenait trop tôt pour préparer son expatriation, je me suis dit qu'il fallait que je réagisse. Nous aussi on s'y est pris "tôt" pour préparer notre départ. Mais en définitive, ce n'était pas si tôt quand on pense à toutes ses choses qu'il y a à prendre en compte.

Alors si toi aussi tu as des doutes, sache que non, ce n'est JAMAIS trop tôt.

Se renseigner sur les démarches à effectuer pour immigrer

Décider de venir s’installer au Canada c’est bien, mais encore faut-il le pouvoir ! Je voudrais qu’on s’arrête un court instant sur le «mythe canadien» régulièrement mis en avant par les médias qui veut que le Canada n’attend que toi. Oui, c’est sûr à 100% le Canada est le pays idéal, on peut y aller facilement, trouver du travail du jour au lendemain et réussir sans difficulté…euhhhhh... NON.

Qu’on se le dise, c’est entièrement faux. Qui veut n’entre pas sur le territoire canadien. Certaines catégories d’emploi permettent plus facilement que d’autres de décrocher son ticket d’entrée. Du coup y a certaines professions pour lesquelles cela va être plus compliqué, autant t'y préparer. Et tu sais quoi, ce n'est même pas parce que tu as réussi à obtenir ton permis de travail que pour autant tu vas trouver du travail facilement. Je l'ai déjà évoqué dans mes 5 conseils pour trouver un emploi à Montréal, il n'est pas rare de devoir commencer par un petit job avant de travailler dans ton domaine ou à un niveau de responsabilité correspondant à ce que tu faisais en France. Il va te falloir faire preuve d'humilité.

Par ailleurs, il existe différents permis de travail. Permis-Vacances-Travail, Volontariat International d’Entreprise, Résidence Permanente… renseigne-toi sur ce qui existe avant toute chose ! Je vois trop de monde débarquer dans les groupes Facebook clamer qu'ils ont décidé de partir vivre au Canada, mais qui n'ont en faite aucune idée des procédures qu'ils doivent effectuer. Alors prends le temps de regarder, de voir ce qui est possible pour toi, ce qui correspond à tes attentes et passe à l'action ;)

 

Réunir toutes les conditions pour pouvoir y prétendre

Une fois les infos prises, tu te rendras compte que pour pouvoir espérer décrocher tel ou tel permis, certaines conditions doivent être réunies

  • Pour le VIE : il te faut un employeur

  • Pour le PVT : il te faut avoir entre 18 et 35 ans

  • Pour partir en couple, il vous faut être conjoint de fait, c’est-à-dire avoir habité sous le même toit pendant au moins un an

Etc., etc.

Toutes ces choses s’anticipent. Par la suite, il te faudra monter ton dossier, le transmettre, tenir compte des délais de traitement qui peuvent être plus ou moins longs.

Conclusion : tout ça demande quand même un minimum de préparation, de renseignements et d’informations. Pour une résidence permanente il faut compter au moins 1 an et demi avant que la procédure aboutisse ! C’est sûr que pour un PVT, tout peut se passer très vite et en tout juste un mois le grand départ peut se faire, mais ce n’est pas forcément le cas de tout le monde et il se pourrait bien que pour toi cela prenne plus de temps.

 

S’organiser d’un point de vue logistique

Si tu vis chez tes parents, c’est sûr que cela va être beaucoup plus rapide. Dans le fond, tu fais ta valise et te voilà prêt à partir ! Mais pour ceux qui sont déjà installés dans leur propre appartement depuis un certain temps, il faut tout de même vendre tes affaires, les stocker, décider de ce que tu envoies, de ce que va prendre avec soi, etc. Et si tu travailles, il te faut aussi donner congé à ton employeur. La durée de préavis à respecter peut varier de 1 à 3 mois. Dans le dernier cas, 3 mois ce n’est pas rien, voilà un délai non négligeable sur lequel tu ne peux pas renier.

 

Avoir des économies

Ne serait-ce que pouvoir t’installer, te meubler, avoir de quoi vivre le temps de trouver un emploi, etc. il va te falloir de l’argent. Ceux qui viennent comme étudiants doivent aussi pouvoir prouver qu’ils sont capables de subvenir à leur besoin pour la durée de leurs études.

 

Arriver fin prêt

Dernier point et pas des moindres, préparer suffisamment tôt son expatriation permet tout simplement d’arriver fin prêt à vivre cette expérience, tout en étant un minimum organisé.

  • Savoir où est-ce que tu veux t’installer, savoir comment t’y prendre trouver un logement, te permet d’arriver sans trop débarquer. Trouver un logement oui, ce n’est pas si compliqué, mais encore faut-il savoir où chercher et avec quels critères ! Cela demande minimum de réflexion préalable.
  • Pour ceux qui ont l’intention de chercher un emploi directement sur place, arriver avec son C.V. à jour (au format québécois !) et sa lettre de présentation sous le bras, savoir qui démarcher, où, comment faire pour se créer son réseau, etc. Une sacrée bonne base pour une recherche d’emploi productive!

 

  • Certains domaines demandent de faire une évaluation comparative de diplômes qui va attester aux employeurs de votre formation. Celle-ci peut prendre un mois comme quatre pour l’obtenir ! Alors si c’est un prérequis pour obtenir le job de tes rêves, il est bon de le prévoir en amont !

 

En conclusion, tu l’auras compris, il n’est pas trop tôt pour organiser ton expatriation ! Mon conjoint et moi nous y sommes pris tôt également et grand bien nous en a pris ! Prendre connaissance suffisamment tôt des démarches à effectuer, nous a laissé le temps de nous installer ensemble pour avoir le statut de conjoint de fait, cela m’a permis d’avoir suffisamment d’ancienneté dans mon emploi pour avoir une expérience significative sur mon C.V., de déménager, de vendre nos affaires, etc. Et tout bêtement, je dirais que de préparer son expatriation suffisamment tôt te laisse aussi le temps de te faire à l’idée de cette nouvelle vie qui t'attend, de vivre chaque instant avec nos prochains...

 

Bref, pour toutes ces bonnes raisons (et d’autres encore !) tu ne t’y prends pas trop en avance non. Et crois-moi, il vaut mieux arriver hyper préparé plutôt que de te laisser dépasser par manque de préparation.

 

» Tu as aimé cet article ? Partage-le avec le reste du monde ! «