Le Canada a changé ma vie professionnelle

 canada a changé ma vie professionnelle

Comme chaque année, depuis 5 ans, il va être possible de pouvoir mettre les pieds dans le sable tout l’été à Montréal. Le Village au Pied-du-Courant situé au coeur de Ville-Marie vient d’ouvrir ses portes.

 

Du 1er juin au 15 septembre 2018, on va pouvoir profiter d’activités gratuites tout l’été : ateliers d’agriculture urbaine et artisanat, animations pour enfants, spectacles musicaux, performances, conférences, cours de yoga. C'est aussi l'endroit idéal pour voir les feux d'artifices en juillet et août ! (Croyez-moi, la vue est imprenable !)

 village au pied du courant 2018
 

 

  • Où il se trouve ? Au 2100, rue Notre-Dame Est, Montréal, H2K 4K3
 
 
 station bixi fallum

J’aime cet endroit, car il sent bon l’été. La vue sur le fleuve, le sable, la musique, les petits spots créés pour se rassembler et discuter, en font définitivement l’endroit sympa où venir passer ses soirées entre potes.

Et si tu te demandes si c'est facilement accessible, on peut dire qu'avec la station de Bixi juste en face de l'entrée du Village, on peut pas faire mieux

 

Alors que je suis invitée à l’inauguration média avant la grande ouverture officielle pour en parler sur mon blog, je me dis que c’est la parfaite occasion de reprendre un peu mon clavier pour vous parler de ma si longue absence. 

 

Que s’est-il passé ? Pourquoi j’ai déserté ?

 

Il y a tant à dire que cela m’a longtemps bloqué avant d’avoir le courage d’écrire. Comme s’Il y avait tellement à rattraper, à dire, à écrire, que la tâche était perdue d’avance. 

Alors comme le but initial de cet article est tout de même de te donner un apperçu du Village au Pied-du-Courant, je vais ponctuer mon récit de photos de l’endroit.

 vue sur le pont jacques cartier du village au pied du courant 2018
 

Partir de zéro


Quand je suis arrivée à Montréal, je ne savais absolument pas ce que j’allais bien pouvoir faire comme travail. Je savais que mes qualifications ne seraient pas pleinement reconnues (concours de la fonction publique oblige). 

Mon installation ici se résumait à un concours de circonstances. Aussi simple qu'une rencontre avec l’homme qui partage aujourd’hui ma vie. Un homme aux désirs de voir plus grand, aux ambitions de voir propulser sa carrière à un autre niveau. Alors moi, dont la mienne débutait tout juste sur des chapeaux de roues, j’ai décidé de tout stopper pour l’accompagner. J’étais incapable d’imaginer de poursuivre ma vie sans lui, même si cela devait dire tout laisser derrière, pour lui. Ça sonne tellement cheesy, je sais, mais c’est la vérité.

 

Bloguer a toujours était pour moi un plan B déguisé en plan A inavoué. 

 

Lorsque j’ai ouvert Une Frenchie à Montréal, je me suis dit que j’allais me donner ma chance de voir ce qu’il pouvait se passer avec ce projet. C’est ce que j’ai fait. En toute honnêteté, je pense l’avoir vraiment bien fait. Il n’y avait pas une soirée à laquelle j’assistai où je ne rencontrais pas un(e) Français(e) qui connaissait mon blog. Je crois pouvoir dire que mon site c’était rapidement imposé comme une référence pour les futurs expats à Montréal.

Alors j’ai poussé plus loin. J’ai créé de toute pièce un programme payant appelé «Montréal, J’arrive!». A l'intérieur, j’avais rassemblé toutes les informations qui m’avaient manqué lorsque moi, j’avais préparé mon arrivée. Dans quel quartier habiter ? Quels étaient les prix des loyers ? Où faire ses courses ? Comment fonctionne les cartes de crédits et de débits ? Bref, j’avais tout mis. Et je me suis vraiment éclatée avec ça.

 

Quand le coeur n'y est pas, plus rien n'y est.

 

Sauf que à un moment donné, je me suis lassée. 

Je me suis lassée de parler de l’expatriation, de répondre aux questions sur l’immigration (pour lesquelles je ne suis d’ailleurs PAS qualifiée pour donner des conseils), de parler du froid et de l’hiver.

J’ai remis les choses en perspective et j’ai réalisé qu’écrire, animer une communauté et utiliser ma présence web pour vendre des produits était définitivement ça qui m’appelait. J’avais développé de belles compétences dans ce domaine. Le «problème» venait juste du sujet que j’abordais. 

 les pieds dans le sable au village au pied du courant
 

Alors je me suis lancée dans un nouveau projet. Un autre blog qui a mobilisé absolument tout mon temps et mon énergie. Il s’appelle Blogtrepreneure. A comprendre un blog, pour les entrepreneures.

À travers lui, j’accompagne les femmes entrepreneures à réaliser exactement ce que j’avais expérimenté avec Une Frenchie à Montréal : créer une communauté de zéro pour gagner en visibilité et vendre ses produits et services.

Comme pour Une Frenchie à Montréal, tout cela a été fait en parallèle de mon emploi à temps complet. Parce qu’il ne faut pas croire un seul instant que de devenir blogueur pro se fasse du jour au lendemain, ni que ce type d’activité soit aussi simple et rapide que de prendre une heure pour écrire un bel article. J’étais absolument incapable de mener ces 3 projets de front : mon travail, Une Frenchie à Montréal et Blogtrepreneure. Parce qu’accessoirement, j’ai aussi une vie et que mon temps est limité... lol.

J’ai donc fait le choix de laisser Une Frenchie à Montréal de côté pour me concentrer sur mes priorités.

 

Prioriser pour mieux avancer

 

Il y avait beaucoup en jeu. 

Je voulais du plus profond de mon âme quitter mon emploi pour me consacrer à 100% à mon activité web. Volontairement, je ne dirais pas que je voulais vivre de mon blog (parce que c’est tellement plus complexe que ça la réalité du blogging), mais cela te donne une idée de mon objectif.

Durant ces derniers 16 mois, je pense que je n’ai même pas dû publier 10 articles. Pourtant, je n’ai jamais pu me résoudre à mettre la clé sur la porte. Même si le renouvellement annuel de mon site me coûte 200€ à l’année, je me suis dit que j’allais quand même payer. Je me disais qu’un jour, peut-être, j’y reviendrai. 

 

J’ai tellement bien fait.

 cantine du village au pied du courant 2018
 

À l’heure où je t’écris ces lignes, Blogtrepreneure est devenu mon métier.

Je coache des entrepreneures pour utiliser les réseaux sociaux et le blogging afin de promouvoir leur activité professionnelle et…. j’utilise mon blog pour trouver de nouveaux clients !

 

Peut-on dire que je suis devenue une blogueuse pro ?

 

Je ne sais pas. J’ai l’impression que lorsque l’on emploie ces termes, on imagine une personne payée à écrire des articles, mettre de la pub sur son site et qui recommande des produits pour lesquelles elle touche une commission sur chaque vente.

 

Ce n’est pas mon cas.

 

Je suis vraiment heureuse d’être là où j’en suis. Et tu sais quoi ? Le Canada a définitivement joué un rôle capital dans cette évolution de carrière. Ce pays m’a donné l’opportunité de m’inventer et de me réinventer en toute liberté. C’est un sujet qui mériterait un article à part entière et tu peux me dire en commentaire si cela t’intéresse que je t’en dise plus à ce sujet.

 recup siege STM village au pied du courant
 

Malgré tout, Une Frenchie à Montréal me manquait tellement. Pouvoir écrire sur un ton plus léger, vous partager mes humeurs et mon avancée, c’est fou ce que cela m’a manqué.

Alors maintenant que la vie me donne l’occasion de pouvoir reprendre le clavier sans avoir de remords de ne pas mettre mon énergie à 200% sur Blogtrepreneure, je vais en profiter.

Je ne peux pas te garantir que j’écrirai toujours avec régularité. Je ne peux encore moins t’assurer que tout va reprendre comme si de rien était, car j’en ai définitivement fini avec les articles sur comment préparer son expat' et je crois que j'ai suffisamment documenter cet aspect pour me permettre d'élargir mes horzons. Par contre, peux te promettre que Une Frenchie à Montréal est loin d’avoir dit son dernier mot.